Clotilde de la Presle exposera au FERAM, 56 rue Gay Lussac, Paris 5ème, du 26 avril au 4 mai de 14h00 à 20h00.

Entrée libre.

Vernissage le vendredi 26 avril à partir de 18h30

Je puise ma vocation de peintre dans mon héritage familial, composé d’un grand-père musicien et d’un père « peintre du dimanche », et dans une éducation artistique transmise par ma mère qui m’emmenait voir les expositions dans les musées, enfant.
J’ai ainsi pu admirer les toiles des maîtres de Manet et Cézanne, Van Gogh et Picasso en passant par Munch ou Kandinsky.

J’ai poursuivi en me rendant dans les galeries pour voir le travail des peintres contemporains d’Eugène Leroy à Myriam Khan.

Juriste de métier, j’ai utilisé les qualités de rigueur et de structuration de la pensée acquise par l’exercice professionnel, pour la pratique des arts plastiques.

J’ai été formée aux cours du soir, des ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris. C’est là que j’ai appris les techniques de la peinture à l’huile et du dessin et côtoyé des professeurs exceptionnels tels que Didier Picketty, François Bard, André Bouzereau, Antonio Ros Blasco ou Jurgen Stimfig dans l’atelier duquel je pratique aujourd’hui le dessin.

Le spectacle de la Nature fait souvent écho à ce qui se passe chez moi. Je n’ai jamais cherché à représenter la Nature ni à l’imiter. C’est par l’exercice de la contemplation que j’ai compris ce que je voulais peindre : le calme de l’eau, le reflet jauni d’une fleur, l’expression d’un visage.

Progressivement, j’ai voulu peindre la vitesse, saisir le vent, représenter le vide. La Nature m’a appris à ne pas préférer une couleur à une autre : toutes se valent. C’est leur harmonie que je recherche dans une composition conçue avec justesse.

J’aspire à peindre l’émergence de la vie, les soubresauts de la matière.

Je développe des thématiques autour du portrait, des paysages en mouvement vus du train et du mouvement de la mer capté sur l’Océan Atlantique et la côte d’Azur, dont j’aime les couleurs.

Je vis et travaille à Paris. J’ai été admise à la Fondation Taylor en 2023 et expose fréquemment à Paris dans des galeries et associations culturelles. Je vends sur des sites de vente en ligne en France, aux Etats-Unis, en Allemagne.

La calanque de Figuerolles. La Ciotat

Les tilleuls sur la mer

Les pins du côté de La Ciotat

Quelques photos du vernissage, le 26 avril 2024 

la femme au maillot jaune

Quelques-uns des invités, autour d'Yvonne Kimbembé, 1ère vice-présidente du FERAM qui présidait cet événement. 

Clotilde de la Presle, devant la toile monumentale "The winners" présentée dans la vitrine du FERAM

Anne AZAM-PRADEILLES, vice-présidente, et Michel BONGIOVANNI, secrétaire général adjoint, entourant Yvonne KIMBEMBE, première vice-présidente

A gauche, Michel Bongiovanni, secrétaire général adjoint du FERAM et au centre, Guy Printemps, photographe, qui avait exposé au FERAM au mois de mars 2024 (voir ci-dessous)

Avec Iman NEFIL, secrétaire générale adjointe du FERAM

Du 1er au 9 mars 2024, le FERAM a accueilli le photographe Guy PRINTEMPS 

 

Guy Printemps (à gauche) avec Didier Petetin, vice-président du FERAM

Guy Printemps

Toutes les photos de ce reportage ont été réalisées par Charlie Leroy

Le site internet de Guy Printemps

 

Guy Printemps - musicien et photographe

Le FERAM a accueilli du 16 au 21 janvier, une exposition organisée par l'association des amis d'Odette Gratenlaub, pour rendre hommage à cette femme, compositeur de musique, professeur au conservatoire national supérieur de musique de Paris et Grand Prix de Rome, qui aurait eu 100 ans en mars 2022.

Un des panneaux de l'exposition, présentant son séjour à la Villa Médicis

Au cours de la semaine, 3 conférences ont été organisées : 

  • "Une virtuose poétique", par jean-Michel FERRAN (photo ci-dessus, assisté par sa fille Marie FERRAN)
  • "L'académisme transcendé", par jean-Michel FERRAN
  • "Les lectures à vue du conservatoire national supérieur de musique de Paris, un matériel pédagogique à découvrir", par Cécile FONTAINE (à droite ci-dessous) et Claude VILLARD.

Quelques personnalités venues au vernissage : au premier plan, Michel Denis, directeur de la Schola Cantorum et Pascale Haultier, fille d'Odette gartenlaub. Derrière, Houda Neffati, première vice présidente du FERAM et au fond, le violoncelliste Roland Pidoux. 

Du 3 au 31 mai 2023, le FERAM a accueilli plusieurs artistes péruviens

 

HERAKLITO FRANKLIN GUILLEN

 Né en 1954 à  Carhuaz, ville du Nord du Pérou, a fréquenté l’Ecole des Beaux-Arts de Lima. Après avoir obtenu une médaille d’or pour ses premières œuvres a continué sa carrière d’artiste à Paris et à la  Cité des artistes de La Courneuve en Seine Saint Denis.

Il a exposé en Italie, Allemagne, Pays-Bas, pays des Balkans, Corée,l ainsi que lors des manifestations collectives à la Maison d’Amérique latine à Paris.

Ses œuvres s’inspirent de la culture amazonienne et de ses racines péruviennes.

Il est décoré de la Médaille du Sénat (France) .

                             

Romulo CACERES MOREANO

Né à Cuzco (Pérou), après une formation à l’école des Beaux- Arts de Lima, il vit et travaille à Nogent sur Marne dans le Val de Marne depuis 1980. Il expose dans les pays d’Amérique latine, aux Etats-Unis, en Asie et en Europe. Il intervient dans différentes manifestations collectives en Amérique latine

Ses œuvres surréalistes illustrent des thèmes de la mythologie des pays d’Amérique du sud.

 

Viviana GOMEZ

Sculptrice péruvienne, elle vit et travaille à Fontenay aux Roses dans les Hauts de Seine. Ses créations sont de sculptures en papier, en céramique et en bronze. Ses œuvres sont inspirées de l’univers des femmes. Sa récente exposition s’est déroulée à Barbizon.

 

Miguel RODRIGUEZ

Ecrivain péruvien, ancien professeur d’histoire contemporaine hispanique et sud-américaine vit à Marseille, iI présentera son livre «  Cartas à Mauro de su Hijo Guillen de Paris ».

 

 

Romulo CACERES MOREANO

Franklin GUILLEN

Air, souffle-moi des souvenirs

Ci-dessous, Michel RODRIGUEZ